top

Une belle histoir [chap2]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    pause-cafe Index du Forum -> Histoires -> Histoires et legendes
Auteur Message
Admin
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2010
Messages: 19

MessagePosté le: Sam 25 Déc - 02:32 (2010)    Sujet du message: Une belle histoir [chap2] Répondre en citant

Chapitre 2 : « Le Clavier Sanglant. »

Tandis qu’Alice pianotait sur son clavier d’ordinateur, la télévision tournait. Cette fille de douze ans adorait les jeux en ligne comme hors ligne. –Que pouvait-elle f aire sans jeux- vidéos ?- Soudain, une information à la télévision lui fit détacher ses yeux accrochés devant l’écran d’ordinateur.
« Un nouvel ordinateur du nom de « Fénix 3000 » sophistiqué, à plus de quinze-milles couleurs, un graphisme étonnant, 3ème Dimension, accueille déjà des milliers de jeux en ligne comme hors-ligne dont déjà « Deads of Wars » un jeu qui fait fureur dans toutes les consoles de jeux vidéos, ainsi que « L’écrabouilleur des collines » ! Un jeu très connu au Japon ! Cet ordinateur vient de sortir aujourd’hui. Si vous l’achetez aujourd’hui, le jeu « Deads of Wars » vous est offert !! »
-Il me le faut !- s’exclama Alice. Elle courut vers son père qui lisait attentivement les informations dans le journal.
- Papa ! Je peux avoir ce nouvel ordinateur « Fénix 3000 » ! S’il te plaît pour mon anniversaire !!
- Non, désolé. Tu en as déjà un très bien, cela te suffit amplement pour te distraire ! Rétorqua son père sans la regarder.
- Mais papa ! Je ne te demanderais plus rien ! Je mettrais la table tous les jours ! Je ramènerais que des bonnes notes ! insista Alice.
Son père réprima un sourire qu’Alice ne put voir, se sourire caché derrière son journal.
- Alors ? Demanda Alice.
- Non ! son père mit sa main sur les cheveux de sa fille, et lui dit : Tu fais cela pour toi, pas pour moi !
- Alors qu’est-ce qui te ferait plaisir ? Demanda Alice.
- Que tu me laisses lire mon journal du matin tranquillement. Merci ! Rétorqua son père.
Alice n’insista pas et retourna sur son ordinateur. –Et si je le cassais ?- se demanda t-elle. -Mon père m’accordera alors cet ordinateur- Une seule question la bousculait « Comment s’en débarrasser ? Le donner à un ami ? Non, trop gentil… Le jeter sur la route ? Non plus, trop risqué… Le vendre !!! » Alors, Alice quitta son jeu. Avant qu’elle débrancha les câbles, un texte blanc sur un écran noir afficha :

Game Over.
-Cela ne fait rien, je me rattraperais…- se dit-elle vexée. Elle arracha les câbles, enleva l’ordinateur, le remballa dans sa boîte et partit avec impatience dans la boutique d’informatique et jeux-vidéos.

- Désolée ma p’tite, on ne prend pas des ordinateurs sans notice ! répondit un homme de la boutique d’informatique à Alice.
- Enfin monsieur ! Vous ne pouvez pas ! insista la fille.
- Les amateurs d’informatique d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes qu’autrefois, il y aura très peu de chance qu’ils reprennent cet ordinateur qui ne possède pas de notice ! rétorqua le vendeur de la boutique.
- Je vous le propose dans les 50 euros si vous me le prenez !
- Si c’est pour le revendre à quelques poussières, cela n’en vaudra pas le coup, désolé ma petite… Gémit l’homme.
-Cela ne fait rien, je vais trouver un autre moyen de m’en débarrasser…- se dit Alice de plus en plus triste. Elle traversa la ville, et tellement vexée qu’elle en vint à oublier la route. Une voiture passa sans se soucier de la petite Alice, un bruit d’impact résonna dans la rue. Les badauds se regroupèrent autour de la petite fille, et le conducteur descendit, choqué. Une sirène retentit. Alice vit sa boîte qui contenait son ordinateur en miette éparpillé avec des morceaux de câbles et de circuits intégrés, les puces étaient retournées. Elle réprima un sourire et s’évanouit. On la transporta dans un camion.

- Ne vous en faîtes pas, elle va bien… Dit le docteur au père d’Alice.
- J’espère, et pour l’ordinateur ? Demanda le père d’Alice.
- Il n’en reste que des miettes, il serait bon d’en racheter un… Répondit l’homme.
Alice était sur un lit d’hôpital entourée de fils. D’un relevé de sang et collée de pansements sur tout son corps. Son père se pencha vers la petite.
- Elle reprend ses esprits, c’est bon signe. Affirma le docteur.
Son père lui caressa son visage avec un grand sourire de soulagement.
- Dieu merci ! Elle n’a rien ! se soulagea son père.
- Oui, elle a été sauvée de justesse. répondit le médecin.
- On va t’acheter une consolation ma petite, qu’est-ce que tu veux pour ton anniversaire ?
Alice n’arrivait pas à parler, elle était encore terrorisée. Elle pointa juste du doigt une affiche. Son père la regarda « Fénix 3000 ? ». Celui-ci ne dit rien. Il quitta la pièce et dit au médecin –Si elle se lève, prévenez moi, je suis dans la salle d’attente.-


Alice est de nouveau en forme et là voilà dans son collège deux jours plus tard. Elle était la seule à ne pas en être en possession de ce nouvel ordinateur. Tout le monde en parlait, même ses professeurs « Vos recherches seront plus approfondies si vous avez le Fénix 3000 » Qu’ils disaient. Alice bougonnait et gémissait, énervée de ne plus avoir d’ordinateur et de plus de ne pas posséder ce « Fénix 3000 » Elle était en équilibre sur ses béquilles et n’osait pas pleurer. –Tu n’as pas ce nouvel ordinateur, tu ne peux donc pas te mêler à notre discussion- lui disaient ses autres camarades. Comme une discrimination. Le nouveau thème en informatique fut le même « Fénix 3000 ». Alors Alice se leva difficilement avec ses béquilles et quitta le cour. Le professeur d’informatique la laissa. La petite se mit au CDI, et commençait à pleurer à chaudes larmes.

Arrivée chez elle, elle retrouvait déjà son demi-frère : Bob. Son demi-frère était de plus en plus bizarre ces temps-ci. Il parlait tout seul et gigotait comme si quelqu’un le collait. Bob s’avança vers la petite Alice et lui dit :
- Alors ? Hein ? T’es contente sûrement de m’voir ! insista t-il en hochant la tête dans tous les coins.
- J’aurais préféré voir un Fénix 3000. répondit-elle fatiguée.
- Mais t’es pas contente de me voir là ? Demanda t-il.
- Laisse moi ! ordonna Alice.
Bob lui maintenu l’épaule. La petite se débattu en ordonnant :
- Mais lâche-moi !
- Dis-moi que tu es contente de me voir ! ordonna son demi-frère.
- MAIS ARRETE ! continua à insister Alice en se débattant.
Le père d’Alice vint soudainement et vit Bob en train de persécuter Alice. Alors, il courut vers le demi-frère d’Alice et cria :
- Mais tu vois bien qu’elle est en béquilles ! Lâche-la !
Alice regagna sa chambre. Son demi-frère lui faisait plus peur qu’autre chose. Elle se mit à verser quelques larmes et brancha la télévision. Alice soupira et se coucha sous sa couette. -Bob était un peu dérangé- se dit-elle…- Joyeux anniversaire Alice !! S’exclama toute sa famille heureuse d’être réunie.
Elle ne voyait qu’un gros cadeau, c’était tout. Toujours en béquilles, Alice s’avança vers son cadeau et le déballa –Encore ces débilités de poupées en porcelaine- se dit-elle. Lorsqu’elle vit ce qui était caché derrière ces papiers cadeaux, elle sursauta. Une larme perla de sa joue…
- Un Fénix 3000 !!! S’exclama Alice.
- Surrrrppprrrisssse ! Insista sur la prononciation son père.
Elle n’en revenait toujours pas. Alice ne se retenu pas de pleurer de joie. La fille s’écroula sur son père qui répondit :
- Remercie aussi tes grands frères en particulier ton demi-frère : Bob qui ont eu cette brillante idée et m’ont aidé à te le payer !
Alice embrassa tout le monde avec l’intervention de sa grand-mère qui lui conseillait d’éviter de trop marcher et d’aller le tester tout de suite. Tout le monde se proposa pour aider à le brancher. Alice n’assista pas à la suite de la fête, elle s’enferma dans sa chambre et téléchargea tous ses jeux en ligne. Un peu plus tard, on toqua à la porte. Alice ouvrit et vit son demi-frère : Bob avec un petit paquet cadeau, il réprima un grand sourire.
- Je me suis dit qu’une petite sauce avec le plat de résistance ne ferait pas de mal. Dit-il toujours avec ses phrases incompréhensibles.
Alice ne dit rien et se pressa de l’ouvrir. Elle fut encore plus heureuse quand elle vit le ce que c’était : « Deads of Wars. » Alice se jeta sur Bob et l’embrassa en répétant plusieurs fois le mot –Merci !- Bob la voyait heureuse. Alice se renferma et téléchargea aussi son jeu. L’écran reflétait des couleurs magnifiques. Elle ne pouvait plus patienter. La petite voulut à tout prix voir comment l’ordinateur lirait ce jeu. Un texte s’afficha dans le fond d’écran :
Le jeu a été convenablement installé. Vous pouvez avoir plusieurs choix :
- Jouer.
- Désinstaller.
- Options.
- Manuel du jeu informatique.
Alice glissa sa nouvelle souris et cliqua sur « Jouer » sans hésitation. Elle fut alors éblouit par le magnifique graphisme que reflétait l’ordinateur par delà ce jeu. Alice cliqua sur « jouer en ligne » et lorsque le chargement s’effectuait, un bruit strident retentit des écouteurs. Ce bruit s’accentua et fut de plus en plus fort. La petite fille se boucha les oreilles et éteigna les écouteurs. Elle ne se soucia plus de ce problème quand elle vit que l’opération a été correctement maniée. Alors elle lança le jeu. Elle vit un petit personnage tellement réel dans un décor vraiment ahurissant. La petite fille n’en revenait toujours pas, elle contrôlait ce personnage, et vit plein d’autres joueurs, supérieurs à elle, certes, mais qui étaient contrôlés par de vraies personnes et non pas par un ordinateur appelé « PnJ » ou bien « Bot ». Alice frémissait de plaisir. Elle envoya son personnage dans une armurerie et l’équipa d’armes à feu. Soudain, elle vit des autres personnages tirer dans la direction nord, elle tourna son personnage vers le nord et vit d’autres personnages différents d’une couleur rouge tirer sur les autres personnages alliés avec Alice. Elle voyait des guerriers tomber au sol et qui ne bougeaient plus d’un poil. Alors, elle ordonna à son personnage de se cacher dans un bâtiment. Elle regarda l’heure affiché sur son écran d’ordinateur « 23h12 » Il commençait à faire tard et Alice était fatiguée. Surtout que demain elle avait école.

- Ah oui ! C’est étonnant ! Moi aussi j’y joue à Deads of Wars et je peux dire que c’est fantastique ! S’exclama l’un des amis d’Alice à tous les autres qui l’entouraient.
- Moi je suis un Major de l’équipe Lordune ! Dit un autre.
- Moi je suis une Major aussi de l’équipe Lordune. Répondit, étonnée, Alice.
- C’est super ! Mais alors on est ennemi ! Reprit un autre.
- Pourquoi ? Demanda le meilleur d’Alice : Tim.
- Parce que je suis un Crancelas de l’équipe Pretonienne ! Reprit l’enfant.
Alice était contente de pouvoir enfin se joindre aux conversations de ses copains. La sonnerie retentit, et pendant que tout le monde se met en rang, Tim demande à Alice :
- C’est quoi ton pseudonyme dans Deads of Wars ? Comme ça on pourra s’allier pour se faire nos ennemis : les Crancelas.
- Pourquoi pas ? Mon pseudonyme c’est « Alice-la-belle », répondit Alice contente.
- Très bien, moi c’est Timo ! S’exclama Tim.
- Je pourrais venir avec vous ? Moi c’est SeigneurDenfer mon pseudonyme ! intervena Cédric.
- Alors à ce soir ! murmura Alice.

Le soir, Alice alluma la tour d’ordinateur et lança le jeu. Elle se connecta et reçut aussitôt un message d’un joueur : Timo. –Salut ! On se retrouve au grenier de notre camp, je t’attends là-
Alors, la petite répondit un message qui s’afficha sous la phrase de son interlocuteur :
- D’accord, à tout de suite !-
Elle ordonna à son personnage d’aller au grenier. Et là, elle vit son ami « Timo » avec « SeigneurDenfer », chacun d’un niveau bien supérieur à celui d’Alice, mais peut importe du moment qu’ils sont entre eux. SeigneurDenfer proposa :
- Cela vous dit d’aller envahir un camp de Crancelas ?
Un message s’afficha au dessous :
- Timo : Oh oui ! Suivez moi !
Alors, elle cliqua sur le bouton droit de la souris et choisit l’option « suivre ». Elle voyait son personnage suivre Timo avec SeigneurDenfer. Un quart d’heure plus tard, Timo s’arrêta et s’accroupit dans l’herbe avec l’autre joueur. Alice ordonna la même chose à son personnage. Tim afficha un message à Alice et Cédric :
- Timo : C’est ici, à mon signal, on attaque, OK ?
- SeigneurDenfer : Pas de problème !
- Alice-la-belle : d’acc’ !
Timo se leva et commença à tirer sur une bonbonne qui explosa et fit projeter quelques ennemis contre un mur. Certains étaient déjà en train de brûler sous le feu virtuel mais tellement réaliste. Alice, de chez elle se mit à rire et cria :
- EN AVANT !!
SeigneurDenfer lança ses grenades fumigènes et partit à l’assaut. Alice ordonna à son personnage de s’y faufiler avec Timo et SeigneurDenfer. Tout était si réaliste qu’elle s’y croyait vraiment. Des Crancelas surgirent de la fumée, les deux alliés tirèrent sur eux qui s’écroulèrent au sol. Alice ordonna alors à son personnage de tirer lui aussi sur les ennemis. Elle n’en fit qu’une bouchée. La petite appréciait vraiment ce jeu si réaliste à ses yeux. Soudain, Timo s’écroula au sol. On venait de lui tirer dessus.
- SeigneurDenfer : Il faut se replier ! Ils sont trop nombreux ! Je prends Timo, couvre-moi !
- Alice-la-belle : Très bien !
Elle commença à tirer sur les Crancelas qui s’approchaient vers SeigneurDenfer. Alice venait de se mettre dans le bain du jeu. Elle tirait sur tous les ennemis qui s’affichaient en rouge devant son écran d’ordinateur. Le son était fort, les coups de feu semblaient si vrais. Son père surgit tout à coup de la chambre d’Alice.
- Alice ! Baisse le son ! Ordonna t-il.
- Oui p’pa. Répondit Alice.
Elle jouait tout en baissant petit à petit le son. Soudain, un message s’afficha :Timo est mort.
Alice reçut un message juste après :
- SeigneurDenfer : Il vient d’être achevé une balle dans la tête ! Ce n’est pas bon du tout ça ! On se replie COURS VITE !!!
La fille ne répondit pas et ordonna à son personnage de courir. Plus tard, arrivée en sécurité à la base avec SeigneurDenfer, Alice envoya un message.
- Alice-la-belle : Il ne se reconnecte pas Tim ?
- SeigneurDenfer : Je ne sais pas, mais bon, moi je vais manger, fais attention à toi…
- SeigneurDenfer s’est déconnecté.
Un autre message s’entrevu dans l’écran de jeu et son personnage s’illumina.
Bravo ! Votre personnage vient de passer niv. 2 !
Malgré que cela soit petit, elle en rougissait de plaisir. Elle allait se faire des monstres pour monter son personnage, mais son père lui en empêcha car elle devait manger et se coucher pour être en forme demain au collège. Elle préféra obéir.

A table, il y avait encore Bob, qui revenait à l’instant, essoufflé. Qu’avait-il encore fait ? Il transpirait énormément et ne pouvait plus parler tellement il devait reprendre sa respiration. Son demi-frère était bizarre, il avait des yeux rouges et se bouchait les oreilles tout au long du repas et murmurait des phrases incompréhensibles. Alice le regardait. Soudain, il leva sa tête et la foudroya du regard. Alice dévia aussitôt son regard vers son assiette. Bob continuait à la fixer des yeux.

- Tim est mort… Retrouvé devant son ordinateur une balle dans la tête… Affirma le professeur de physique à ses élèves.
- Comment cela !? S’exclamèrent Alice et Cédric.
Il est mort dans les mêmes conséquences que dans le jeu-vidéo. Une coïncidence sûrement. A la fin des cours, les deux enfants se rejoignirent.
- Tu crois que cet ordinateur a… Murmura Cédric la peur au ventre.
- Mais non ! Ce n’est qu’une coïncidence ! Et puis, nous verrons bien ce soir, on se retrouvera sur le jeu d’accord ? consola Alice.
Chez elle, Alice brancha la télévision comme d’habitude et alluma sa tour. Elle lança « Deads of Wars ». C’est là qu’elle eut un choc au cœur. Aux informations, elle entendit :
« Une vingtaine d’enfants ont été abattus devant leurs ordinateurs « Fénix 3000 » Alors qu’ils étaient en train de jouer à un nouveau jeu-vidéo « Deads of Wars » Il n’y a eu aucun impact, rien. Même aucun coup de feu ne s’est fait entendre dans chaque lieu. Et aucune trace de sang n’apparaît dans les lieux des crimes. Nos policiers enquêtent toujours… »
C’est à ce moment là qu’Alice vit une image de son meilleur ami Tim, sa tête incrusté sur le clavier de l’ordinateur, un trou sur le front. Elle reçut un message sur le jeu :
- SeigneurDenfer : Tu as entendu aux informations ? Alors coïncidence ? Il y a un fou quelque part et qui s’amuse à nous tuer à tour de rôle. Dans ce jeu, on appelle cette personne : La Mort.
- Alice-la-belle : Arrête tu commences à me faire peur.
- SeigneurDenfer : Ecoute, moi j’ai rien demandé. Je n’ai fait que jouer à ce jeu. Mais je crois que la Mort nous en veut.
- Alice-la-belle : Alors on va essayer de l’éviter, où on peut la croiser « la Mort » ?
- SeigneurDenfer : N’importe où, n’importe quand…


Alice n’y croyait pas trop. –la Mort ?- Elle balada son personnage et essaya de le faire monter encore de niveaux. Mais pour rassurer Cédric, elle lui envoya un message :
- Alice-la-belle : Tu veux qu’on se fasse des monstres ensemble ? Ou des Crancelas ?
- SeigneurDenfer : Oui, je te défendrais, ne t’en fais pas.
Alice envoya son guerrier dans une forêt où il y avait des monstres à son niveau. Elle le cacha dans un buisson. Et c’est là qu’elle vit un personnage bizarre avancer. Il volait et portait une faux. Le personnage avait une capuche et une robe marron. Alice glissa sa souris sur le personnage : son pseudonyme était « La Mort ». Elle sursauta. Alice envoya un message à Cédric paniquée :
- Alice-la-belle : J’ai retrouvé notre tueur irréel ! Il est près de la forêt des Revoires ! Viens vite !
- SeigneurDenfer : J’arrive.
Alice était là, à suivre doucement « La Mort ». Elle semblait tourner en rond. Ce qu’elle savait, c’est qu’elle était mortelle dans le jeu et n’osait pas l’affronter vu son niveau. –A propos de niveau, quel niveau est-elle ?- se demanda Alice. Elle re-glissa sa souris sur le personnage et elle vit une tête de mort à côté au lieu du niveau indiqué. Elle aperçut alors SeigneurDenfer qui s’avançait vers « La Mort. »
- Alice-la-belle : NON !!! Couche-toi !!!
La Mort, alors, captura le personnage de Cédric et lui tordit le cou. Alice vit depuis son écran de jeu le sang jaillir de la bouche du personnage, elle l’entrevit tomber au sol et cracher du sang. C’était si réel qu’Alice en eut peur.
SeigneurDenfer est mort.
Elle éteigna alors l’ordinateur et resta figé sur son siège. Alice rigolait de peur… -C’est radicalement impossible…- Elle prit le téléphone et téléphona à Cédric…
« *Bip* Bonjour, vous êtes sur la messagerie du 03.56.89.15.76, veuillez laisser un message après le bip sonore. A bientôt… *BIP* »
- Cédric ! Décroche c’est pas drôle !! Insista Alice au téléphone.
Mais personne ne décrocha. Alice entendait son cœur battre si fort sur sa poitrine qu’elle en transpirait. –Et puis, on verra bien demain au collège…

- Où sont-ils tous ? se demanda Alice dans l’enceinte du collège.
Tout était désert. Il ne restait qu’une poignée d’élèves et quelques professeurs. Elle alla voir le proviseur.
- Que leur est-il arrivé ?
- Ils sont tous morts devant leur ordinateur… Murmura le proviseur inquiet.
- Et pour Cédric ? S’inquiéta Alice.
- Il est mort devant son ordinateur, la tête tordue… Répondit avec frisson le proviseur.
-NON ! Cédric !- Elle était la seule rescapée de cette catastrophe. Le C.P.E fit éruption et affirme :
- Pas de cour aujourd’hui ! La plupart de vos professeurs sont morts ou blessés. Désolé vous pouvez retourner chez vous !
- MORTS ?- s’exclama Alice…
Elle voulut élucider ce mystère en allant tout de suite sur « Deads of Wars. ». En se connectant, elle ordonna à son personnage de visiter tous les terrains appelés « Map ».
C’est là qu’elle vit encore la mort. Elle s’approcha d’elle et commença à tirer sur celle-ci. Alors, la Mort esquiva tout. Alice envoya :
- Alice-la-belle : Pourquoi fais-tu cela ?
- La Mort : Pour mon plaisir…
- Alice-la-belle : Je n’ai pas compris ce qui se passe, mais je compte bien le déjouer.
- La Mort : retourne-toi…
Derrière elle, Alice aperçut son frère Bob, armé d’un faux.
- Pourquoi Bob ? S’inquiéta AliceAlice paniqua devant son écran d’ordinateur. Elle se souvint alors quand son père avait dit que c’était Bob qui avait insister et aider à payer l’ordinateur « Fénix 3000 » et c’était encore lui qui lui avait acheté « Deads of Wars. ».
- Pourquoi voudrais-tu te débarrasser de moi ?
- te souviens-tu de ta mère… Comment est-elle morte ? ria son demi-frère.
- D’un accident d’accouchement, lorsque… Lorsqu’elle m’a mis… Au monde…
- Elle est morte par ta faute ! C’est pourquoi je vais venger sa mort ! Je t’ai offert ce jeu et cet ordinateur, je me suis débarrassé de tes amis, et je voulais que tu sois seule, sans défense, et je me suis dit qu’en t’achetant tout ceci, tu ne pourras pas te défendre !!
- Noooon !!! S’égosilla Alice, elle ne pouvait rien faire, elle avait ses béquilles.
Le personnage s’avança vers celui d’Alice, elle se retourna et vit le faux avancer à la même vitesse que dans le jeu. La Mort brandit le faux. La fille cria. Elle débrancha tout, elle enleva le disque de l’ordinateur, piétina la tour, mais il n’en fut rien, le jeu tournait toujours et derrière elle, Bob leva son faux…


Un jet de sang décora l’écran de jeu qui était devenu noir avec un grand texte blanc par-dessus d’où était écrit :

Game Over..


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 25 Déc - 02:32 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    pause-cafe Index du Forum -> Histoires -> Histoires et legendes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation